Cas pratique de stratégie d’entreprise : de l’intérêt de prendre de la hauteur….

Je viens de terminer une formation et workshop réalisés auprès d’un nouveau client américain sur les thématiques « vision, stratégie clients ». Située dans le Midwest, cette PME de 340 employés connait une très forte croissance de son chiffre d’affaires avec un doublement de son effectif sur les 3 dernières années. Le Président et la DRH m’ont demandé une formation appliquée leur permettant d’optimiser leur approche commerciale et opérationnelle dans des filières technologiques très spécialisées et également un accompagnement du CODIR dans leur vision 3-5ans.

Première expérience personnelle à cette échelle au pays de l’oncle Sam, cette formation très interactive auprès de 35 ingénieurs et managers de différents services (R&D, production, engineering, planning, qualité, RH, finance,…) m’a permis de mesurer une nouvelle fois tout le bénéfice de prendre de l’altitude, une « vue à 30000 pieds » comme disent les Québecois.

Classiquement, la réalisation de l’analyse « SWOT » permet par une approche d’intelligence collective de capitaliser sur les forces, d’identifier les opportunités business possibles, d’évaluer et agir pour réduire les risques et de mieux connaître les menaces qui pourraient compromettre l’essor de l’entreprise. Je m’aperçois que s’il est assez aisé pour le staff d’élaborer les forces, faiblesses et opportunités, l’exercice devient plus périlleux d’échanger sur les écueils éventuels…

Pouvoir échanger sur ses peurs, est comme expliquait Will Schutz dans l’”Elément Humain”, un critère clé dans la communication d’une équipe performante.

Oser se remettre en question demande de la part du dirigeant une humilité et ouverture d’esprit que j’ai malheureusement peu rencontré au cours de mes 25 années d’expérience industrielle. Le leitmotiv « nous allons réussir car nous avons les meilleurs experts et les meilleurs produits » n’est pas une condition nécessaire et suffisante de réussite économique.

Si l’élaboration d’une vision est indispensable pour donner les grands objectifs, elle nécessite par ailleurs un déploiement à tous les échelons de l’entreprise, une exemplarité de la part de tous les managers vis-à-vis de leurs collaborateurs et bien entendu un suivi régulier et un ajustement le cas échéant dans le temps (tous les 3 à 6 mois me paraissant une bonne fréquence).

C’est aussi grâce au satellite géostationnaire que l’on peut mieux comprendre ce qui se passe au niveau des pâquerettes…

Richard, 22 novembre 2016

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.