Le burn’in… étape avant le burn out !

Le terme burn out, encore inconnu du grand public voilà quelques années, est devenu maintenant un mot d’usage populaire..et nul ne doit s’en réjouir. J’ai personnellement commencé à entendre parler de ce mal professionnel qui ne semblait frapper que les cadres supérieurs nippons (terme japonais “karôchi”, mort par surmenage au travail – plus de 10000 victimes annuelles), un peu comme les archéologues dans “Tintin et les 7 boules de cristal”… Notre réaction sur l’épuisement professionnel était communément “comment cela est-ce donc possible ? Ils sont vraiment incroyables, ces japonais !”.Force est de constater que cette maladie(mal à dit) a depuis envahi nos contrées, même si la finalité n’est fort heureusement qu’assez rarement dramatique. Existe-il un remède, ou encore mieux un vaccin ? Dans mon entourage personnel et professionnel de l’accompagnement de managers, je connais de nombreux cas de “burn out” et ce dans différentes filières (production, services, médicales,…). Je retrouve des témoignages très similaires : un stress important et continu pour atteindre les objectifs avec des moyens insuffisants (resources, temps), une pression hiérarchique permanente nécessitant de rendre compte de leurs activités, peu de coupure et distance entre la vie professionnelle et personnelle. Pour exemple, les smartphones et les emails imposent souvent la dictature de l’urgence : “je t’ai envoyé un email ce matin… il est 14h et tu ne m’as toujours pas répondu”… Autre cas courant, la difficulté de gestion d’une messagerie qui ne désemplit pas, et où l’importance et l’urgence sont confondues avec la simple information.
Ce qui est assez surprenant est que ce mal de cette décennie du XXIè siècle affecte particulièrement les niveaux hiérarchiques intermédiaires (les plus pressurisés) aussi bien dans les entreprises en bonne santé que celles en difficulté.
Mais j’aimerai introduire une étape préalable au burn’out, le burn’in. J’emprunte ce terme de la filière de la qualité automobile : les composants électroniques à destination des équipements automobiles requirent un niveau de fiabilité très sévère. Pour éviter au maximum tout risque de retour client final, un stress (tension, température) est appliqué pendant une durée relativement courte sur l’ensemble des composants afin d’éliminer les défauts de jeunesse (autrement dit pendant la mortalité infantile). Ainsi, le middle management, souvent pris en sandwich entre une base en attente de support et de solutions et une hiérarchie en attente de résultats imminents me semble une proie privilégiée . Cette catégorie professionnelle est par nature soumise à un stress, une tension souvent très importante et va développer des moyens physiologiques et cérébraux pour éviter de défaillir. Des manifestations psychosomatiques peuvent être un signal d’alerte (maux de dos, insomnies, irritation avec son entourage,…). Une bonne gestion de ce stress permet généralement à la personne de faire face, mais sa résilience au stress augmentant, des phénomènes peuvent arriver, soit parce que le niveau de stress croît, soit parce que la durée d’application du stress devient trop longue. Nous pouvons prendre comme métaphore le cas de la grenouille mise dans un verre et chauffée progressivement…l’histoire dit que la grenouille ne s’échappe pas et périt alors que plongée dans un milieu chaud, elle parvient à s’éjecter immédiatement . Par analogie, la personne va accepter ce niveau de stress, jusqu’à un certain seuil d’épuisement par burnout. Le middle manager devient alors victime de son excès de stress.
C’est pourquoi il me semble essentiel de prévenir le burn out par une bonne gestion du burn’in :
Prendre soin de son écologie, trouver des ressources pour échanger avec ses pairs et amis, prendre du recul, passer du triangle dramatique au triangle vertueux des 3P (selon Karpman) et satisfaire ses besoins de sa personnalité, voilà ce dont le professionnel de l’accompagnement va mettre en œuvre avec son client pour lui permettre d’augmenter son pouvoir d’agir positivement.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.